Navigation – Plan du site

In Memoriam : Pierre Spriet

La Société Française Shakespeare est endeuillée  par la disparition de Pierre Spriet. Souvent citée, et ce de façon flatteuse, sa thèse de doctorat d’État sur Samuel Daniel, 1563-1619 : sa vie, son œuvre ( Didier Erudition, 1968) fait partie du nombre restreint de  grandes études érudites consacrées au poète et dramaturge contemporain de Shakespeare. Professeur à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, Pierre fut de ceux qui contribuèrent a mettre sur rails la SFS en 1977. Sa vie d’écriture fut constamment partagée entre la période élisabéthaine et la littérature et la culture canadiennes. Il avait commence sa carrière à l’Université d’Illinois pour la poursuivre dans le Département de Français de Victoria College (Université de Toronto) de 1962 a 1969, date a laquelle il regagna la France pour prendre un poste à Bordeaux. Il codirige avec Régis Durand la revue Études canadiennes / Canadian Studies, où il publie régulièrement, et fait paraître avec Pierre Guillaume et Jean-Michel Lacroix un ouvrage intitulé Canada et Canadiens. Dans le domaine de la Renaissance anglaise, Pierre Spriet fit paraître, en collaboration avec Michel Grivelet, un ouvrage sur Richard III (U2, A. Colin, 1970), et parmi un grand nombre d’articles : « Hamlet : fin de l’innocence du langage ou fin du spectacle » (in Du texte a la scène : langages du théâtre, dir. M.-T. Jones-Davies); « Justice et violence dans le théâtre de Shakespeare et de ses contemporains » (in Justice, juges, prisons dans le théâtre de Shakespeare et de ses contemporains, dir. M.-T. Jones-Davies) ; « Antisocial Behaviour and the Code of Love in Kyd’s The Spanish Tragedy (Cahiers élisabéthains 17, 1980) ; « King Lear ou la vérité du fils »  (Caliban XXI, 1984, Aspects du théâtre anglais. Hommage à Fernand Lagarde) ; « The Merchant of Venice's Doom (Cahiers élisabéthains 34, 1988).  Pierre Spriet fit partie de l’équipe responsable, autour de Michel Grivelet et Gilles Monsarrat, du Shakespeare bilingue dans la collection Bouquins (Robert Lafont). Il s’intéressait de près aux problèmes de traduction, ainsi qu’au rôle de la violence au théâtre et à la permanence de la tragédie. Fidele en amitié, discret et d’une grande bonté, avec une sensibilité à fleur de peau, l’ironie et l’humour le suivaient en toutes occasions. C’est un être attachant qui nous quitte.

Jean-Marie Maguin

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • Revues.org