Navigation – Plan du site

In Memoriam : Les horizons immenses de Richard Marienstras

p. i

Image1Richard Marienstras

C’est par le hasard d’un discours d’hommage, au terme de sa carrière universitaire, que les jeunes collègues de Richard Marienstras ont découvert la variété de ses horizons. A côté du « cercle Shakespeare » où ils le voyaient évoluer, il y avait le cercle Gaston-Crémieux qu’il avait fondé avec Pierre Vidal-Naquet en 1967, et encore bien avant, l’entrée en résistance d’un jeune homme de quinze ans. L’adolescent a déjà connu plusieurs déracinements, par la cassure familiale, d’abord, qui l’enlève enfant à sa Pologne natale et l’amène à Paris après un  long parcours d’errance, puis la guerre, qui lui fait quitter le lycée Jeanson-de-Sailly pour le Vercors. Ce passage lui vaudra une Croix des engagés volontaires de la Résistance. A la libération, c’est lui, l’éternel migrateur, au sein de l’American Joint Distribution Committee, qui aide les rescapés des camps à trouver un asile, avant de repartir lui-même vers d’autres horizons, en quête de mondes plus justes qu’il veut aider à naître, en Palestine, en Tunisie, aux Etats-Unis. De retour à Paris, il enseigne à la Sorbonne tout en jouant un rôle actif au sein du jeune Cercle Gaston-Crémieux, un groupe socialiste d’intellectuels qui s’est donné pour objet de débat « une existence juive diasporique sans inféodation à la synagogue ou au sionisme », quand vient mai 68.

Sous les pavés, la plage : la restructuration de l’Université parisienne aboutit entre autres à la création de deux établissements originaux, Vincennes-Paris VIII, et l’Institut d’anglais Charles V. Des lieux d’innovation et d’ouverture, qui bénéficient quelque temps d’une exceptionnelle liberté de recherche. Richard vient enseigner dès sa création à Charles V avec son épouse Elise, fait installer sur les lieux la prestigieuse équipe CNRS de Jean Jacquot consacrée aux arts du spectacle, et participe à la fondation de la Société française Shakespeare, qui prolonge cette volonté de rapprochement entre l’université et la scène. Car c’est aussi un homme de théâtre, et de cinéma, le congrès 2011 de la SAES le rappelle par une projection de son inoubliable entretien avec Orson Welles pour la télévision française en 1975. Les thèmes d’analyse qu’il propose à son centre d’études anglicistes, le CERLA de Charles V, nouent quelques uns des fils d’une pensée en recherche constante sur le pouvoir et l’inhumanité des humains : le Tyran, la Guerre, la Cité, l’Amitié, la Filiation... Au cœur de cette réflexion, des œuvres comme Timon d’Athènes, Richard III, Coriolan, Le Marchand de Venise, La Tempête  inspireront une série d’articles brillants et novateurs.

La variété de ses livres reflète l’ampleur de son érudition et la variété de ses intérêts. Modestement, car c’est un écrivain modeste, avec une conscience aiguisée du poids des mots, un profond respect de ceux qui ont écrit avant lui et auxquels scrupuleusement il tient à rendre ce qui leur appartient. A côté de ses ouvrages renommés sur la période élisabéthaine, paraissent un recueil de nouvelles, Max, pauvre Max… (Denoël, 1964), une réponse philosophique à la question de l’identité juive, Être un peuple en diaspora (Maspero, 1975), une traduction de Henry VIII  (1971) pour une création de Gabriel Garran au Théâre de la Commune d’Aubervilliers, hélas aujourd’hui introuvable, une autre de Brendan Behan’s Island avec Paul Bensimon (Mon Dublin, Denoël, 1966), Du bon usage de la mémoire, avec Alain Finkelkraut et Tsvetan Todorov (Tricorne, 2000).

Les traces visibles que laisse sur le papier la vie d’un homme comme Richard Marienstras restent minces comparées aux souvenirs intangibles de son charisme, à son emprise profonde sur les esprits, son entraînement de la pensée autour de lui, étudiants, collègues et amis. Malgré sa modestie, il était fier et heureux de raconter que la Cambridge Library avait dû rajouter une deuxième feuille à la longue fiche d’emprunts de son ouvrage, New Perspectives on the Shakespearean World (Cambridge UP, 1985), traduction de Le Proche et le Lointain (Minuit, 1981) qui a été abondamment pillée, sans toujours la reconnaissance que méritait cet essai fondateur. L’étude sur le statut de la forêt bouleverse les approches traditionnelles en leur imprimant la marque propre de ses travaux, un rapprochement inédit entre l’anthropologie, l’histoire et la littérature, qui explore cette frange où se croisent le civilisé et le sauvage, une zone d’ombre qu’il suit à la trace jusqu’au plus intime de l’être dans un éventail  d’œuvres shakespeariennes. Comment relire Shakespeare au XXIe siècle (Minuit, 2000), interroge-t-il enfin, comment saisir et exprimer le sens du tragique dans un monde qui a perdu le sens du sacré ? Une relecture de Troïlus et Cressida sous les augures du génocide troyen emprunte les relais d’une mémoire arménienne et d’un essai de Simone Weil sur L’Iliade pour nous ramener aux questionnements d’aujourd’hui : « Quelles fautes méritaient une telle rétribution ? ‘Hector est mort, il n’y a plus rien à dire’, dit Troïlus à la fin de la pièce. A lui, comme à nombre de monarchies d’Europe, la fin de Troie crie au ciel. »

Dominique Goy-Blanquet

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • Revues.org