Navigation – Plan du site

« Jeunesses de Shakespeare » : Appel à contributions pour le Congrès 2015 de la Société Française Shakespeare

19-21 mars 2015

Notes de la rédaction

Texte de cadrage par Dominique Goy-Blanquet et François Laroque

Le Congrès 2015 de la Société Française Shakespeare se tiendra du 19 au 21 mars 2015 à l’auditorium de l’INHA (Paris).

« Jeunesses de Shakespeare »

Logé par le hasard du calendrier entre deux grandes célébrations mondiales, le quarantième anniversaire de la Société Française Shakespeare s’inscrit dans le déroulement des hommages au poète qui occupe désormais la première place sur notre scène. Jeune société si on la mesure aux respectables cent cinquante ans que vient de fêter à Weimar la Deutsche Shakespeare-Gesellschaft, la SFS prend l’occasion de cet enchaînement festif pour mettre les thèmes commémoratifs à l’école des jeunes années.

Commençons par la jeunesse de Shakespeare. La période dite des « années obscures » (1582-1590) ou « années perdues », faute de documents, a donné lieu aux interprétations les plus fantaisistes ou à des thèses relevant de la pure spéculation. Mais, sauf éléments nouveaux dans ce domaine, il s’agira surtout, en 2015, de revisiter la période où Shakespeare écrit ses premières pièces, pour un théâtre Tudor lui-même adolescent, et ses deux grands poèmes narratifs. Si dans des œuvres comme Titus Andronicus et La Mégère apprivoisée, il reprend les traditions de la tragédie de vengeance sénéquéenne et des textes antérieurs comme The Taming of a Shrew, remanié pour la compagnie des comédiens de la Reine, d’autres comme La Comédie des erreurs, Le Songe d’une nuit d’été, Peines d’amour perdues, les trois parties d’Henry VI et Richard III peuvent à juste titre être considérées comme des pièces matricielles annonçant les grands thèmes de la maturité. Dans ces premières œuvres, le jeune auteur dramatique fait montre de beaucoup d’audace pour s’imposer face à des rivaux qui, à l’instar de Greene, dénonceront en lui un parvenu et un plagiaire. Le « pari jeune » d’un Shakespeare à peine trentenaire va donc instaurer une véritable rupture par rapport à une génération d’auteurs installés qui voient d’un mauvais œil les innovations de ces pièces laboratoires et surtout les réussites fulgurantes de cette étoile montante, aussi admirée que jalousée.

Dès lors, on peut se demander ce que ces œuvres de jeunesse ont d’innovant, voire de révolutionnaire et aussi ce que leur lecture ou leur adaptation au théâtre apporte aux jeunes générations d’aujourd’hui. Une comédie comme Le Songe peut-elle être considérée comme une œuvre pour la jeunesse ? L’insolence de Peines d’amour perdues a-t-elle une valeur iconoclaste permettant de briser quelques tabous politiques ou érotiques ? Richard III constitue-t-elle l’enfance des grandes tragédies à venir ? et Henry VI un tremplin pour de jeunes énergies conquérantes ?

L’idée de « jeunesses de Shakespeare » conduit, de façon plus générale, à se demander en quoi ce dramaturge au début de sa carrière peut constituer un exemple dans sa façon de surgir brusquement sur la scène, de bousculer les usages, d’interroger l’ordre et les valeurs en place, et de prendre littéralement d’assaut la scène des théâtres publics pour se placer résolument en leur centre devant des dramaturges « établis ». Les jeunes comédiens et metteurs en scène d’aujourd’hui, les jeunes chercheurs en littérature et histoire, les jeunes artistes et écrivains peuvent-il s’inspirer de ce modèle décapant ?

Comment la jeunesse peut-elle s’appuyer sur ce précédent comme la jeune garde des romantiques – Hugo, Musset, Gautier, Dumas, Vigny, Delacroix et Berlioz en tête— l’avait fait en son temps en prenant Shakespeare pour étendard de leur mouvement anti-classique après la venue à Paris des comédiens anglais à l’automne 1827 ?

Quelles sont aujourd’hui les principales manifestations ou productions mises en place à l’intention des jeunes et qui empruntent à Shakespeare leurs titres, leurs personnages comme certains éléments de leurs scénarios ? S’agit-il de la BD et des mangas, des « animated tales » (1992) mis au point par une chaîne de télévision galloise et des studios d’animation russes dans un format réduit à trente minutes pour chaque pièce et avec un scénario écrit par Leon Garfield, de « musicals » ou de toute autre forme d’adaptation de nature « populaire » ? Des films comme Romeo + Juliet, Shakespeare in Love ou encore le tout récent Much Ado about Nothing de Joss Whedon, vu leur succès auprès de jeunes publics, ont-ils pu jouer dans ce domaine un rôle pionnier ?

Quoi qu’il en soit, il semble important de montrer que Shakespeare, loin d’être réservé à une élite savante est aussi et d’abord un auteur populaire qui s’adresse au plus grand nombre, à la jeunesse en particulier, sans pour autant masquer la complexité réelle de l’œuvre. Parce que sa langue et son univers propres nous échappent en partie il serait bon qu’ils puissent, sous une forme ou sous une autre, être mieux intégrés aux programmes d’enseignement de l’anglais et du français ainsi, comme c’est déjà en partie le cas, dans les classes de théâtre et qu'au lieu de glisser insidieusement dans les rangs des vieux classiques cet auteur réputé difficile garde intacte auprès des jeunes publics la force et la fraîcheur de son inspiration, un auteur qui appelle à de constantes remises en question des valeurs supposées acquises.

Le but de ce congrès sera donc d’étudier et de mettre en valeur cet aspect novateur du « patrimoine » shakespearien qui, plus encore qu’une leçon de jeunesse, s’affirme résolument comme un « pari jeune ».

Appel à contributions

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 10 novembre 2014 à contact@societefrancaiseshakespeare.org.

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • Revues.org